Passer au contenu principal

Longue vie au CReSP !

Rassemblant près de 280 internautes en ligne et une trentaine de participants en présentiel, l’inauguration du Centre de recherche en santé publique (CReSP) fut un franc succès.

Monsieur Pierre Fournier, doyen de l’École de Santé Publique de l’Université de Montréal, a souhaité la bienvenue à l’audience en soulignant l’originalité du CReSP, notamment sa promotion de l'interdisciplinarité universitaire et ses liens étroits avec le milieu qui est susceptible de bénéficier des avancées de la recherche. Madame Sonia Bélanger, présidente-directrice générale au CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal, a ensuite pris la parole. Selon cette représentante d’un partenaire fondateur du CReSP, sa création permet d’imaginer ensemble plusieurs autres projets au service de la santé et du bien-être de la population.

Madame Marie-Josée Hébert, vice-rectrice à la recherche, à la découverte, à la création et à l'innovation de l’Université de Montréal, a exprimé son accord sur le rôle central d’une relation de partenariat pour l’avenir de la santé publique ainsi que sa fierté à l'égard du Centre de recherche en santé publique et de ses artisans et artisanes. Madame Carole Jabet, directrice scientifique du Fonds de recherche du Québec - Santé, pour son tour, a souligné qu’en dehors de l’importance du financement, un centre de recherche existe grâce à la mobilisation, au travail d’équipe et aux synergies des membres d’une communauté scientifique autour d’un sujet de recherche au bénéfice des citoyens.

Lors de ces allocutions, le Bulletin d’information du CReSP - COVID-19, un projet mis sur pied dans les premiers jours de vie du Centre, a été reconnu comme une initiative exemplaire de maillage recherche-pratique.

  • Participants à l'École de santé publique de l'Université de Montréal

  • M. Fournier, Mme Potvin et Mme Bélanger

  • M. Fournier, Mme Bélanger et Mme Hébert

  • Mme Jabet, en téléconférence

  • Dre Mylène Drouin, Directrice régionale de santé publique - Montréal

  • Madame Louise Potvin, directrice scientifique du CReSP, a profité de cette occasion pour remercier toutes celles et tous ceux qui ont soutenu le projet de création du nouveau Centre de recherche en santé publique. Ensuite, la directrice a fait valoir les objectifs, la vision, l’excellence du programme de recherche ses membres, l’importance de la formation des jeunes chercheurs, la richesse des échanges avec le milieu de la pratique et l’engagement avec le débat public.

     

    Louise Potvin

    Animée par le Professeur Olivier De Schutter, rapporteur spécial de l’ONU sur les droits de l'homme et l'extrême pauvreté, Université Catholique de Louvain et Sciences Po (Paris), co-président d'IPES-Food, la conférence s’est située au carrefour d'un grand nombre de programmes de recherche des chercheurs du Centre. La question sur la transition vers des systèmes alimentaires plus durables fut au coeur du débat soulevé. D’emblée, monsieur De Schutter a entamé la discussion en force en dénonçant que la négligence attribuée à la dimension de la nutrition, intimement liée à une dimension sanitaire, se révèle l’épicentre de cet enjeu. L’expert conclut sa présentation en rappelant que la démocratisation des systèmes alimentaires demeure de mise ; permuter l'interdisciplinarité vers la transdisciplinarité s’inscrit ici tel un bon point de départ.

     

    Oilvier De Schutter
    Cécile Aenishaenslin
    Geneviève Mercille, Louis Drouin et Yanick Villedieu

     

    De riches réflexions ont ensuite été au rendez-vous tandis que la conférence fut suivie d’un panel de discussion modéré par Monsieur Yanick Villedieu, journaliste scientifique. Le panel était composé de deux membres du CReSP, Madame Geneviève Mercille de la Faculté de médecine de l’Université de Montréal, et Madame Cécile Aenishaenslin de la Faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Montréal, en plus du Docteur Louis Drouin, médecin conseil au secteur environnement urbain et saines habitudes de vie à la Direction régionale de santé publique de Montréal.

    Les panélistes ont approuvé les éléments défendus par le conférencier tout en profitant de l’occasion pour exprimer leurs craintes face à cet enjeu qui guette le secteur alimentaire : l’impossibilité d’assurer la protection des droits économique des populations vulnérables malgré les initiatives proposées (Geneviève Mercille), l’émergence des zoonoses ou encore concevoir la Covid-19 comme une opportunité de changement (Cécile Aenishaenslin) n'en sont ici que quelques exemples.

    Des réactions qui convergent

    Que ce soit en présence ou en ligne, les réactions affluent de toute part alors que nombreux chercheurs et membres du corps professoral de l’Université de Montréal notent la pertinence du CReSP et saluent le travail acharné de ses membres. En parallèle, sur Twitter, les discussions menées lors du lancement sont très bien reçues. Étudiants doctorants, membres du CReSP, membres de la communauté scientifique (FRQS, Scientifique en chef, représentants des facultés, réseaux associés) et du réseau de la santé publique se sont manifestés en partageant les tweets publiés au fil de l’événement en direct, tout en relevant certains points chauds défendus par les experts ainsi que des questions clés de l’auditoire.

    En bref, la conférence inaugurale du CReSP donne avec brio le coup d’envoi pour les prochains événements qu’il réserve à sa communauté. Comme l'a souligné Madame Sonia Bélanger, PDG du CCSMTL, le lancement de ce centre entièrement dédié à la santé publique et « dont les thématiques sont porteuses d’avenir » ne peut que renforcer le portrait de l’écosystème scientifique québécois.