Passer au contenu principal

Projets phares

Axe 1 : Environnement, milieux de vie et santé

Projet-phare : Le mentorat virtuel au service de la persévérance scolaire et de l’orientation professionnelle chez les 15-18 ans issus des communautés Inuits et des Premières Nations du Québec

Description :  L'éducation est un levier puissant contre la pauvreté et un gage d’avenir meilleur. Les jeunes Autochtones en communauté présentent les taux de persévérance scolaire les plus faibles au Québec. Le taux de décrochage scolaire chez les Premières Nations est de 3 à 4 fois plus élevé que celui du reste de la population québécoise. Dans ce contexte, le mentorat est un outil qui pourrait, s’il est culturellement adapté et qu’il tient compte des enjeux historiques, culturels et politiques susceptibles d’influencer l’expérience des jeunes Autochtones, contribuer à soutenir leur persévérance scolaire et leur développement socio-professionnel. 

Ainsi, cette étude considérera les déterminants sociaux de la santé en contexte autochtone ainsi que trois niveaux systémiques inter-reliés : la relation jeune-mentor, la relation entre les partenaires (incluant les chercheurs) qui mettent l’innovation en œuvre, et le contexte socio-politique qui influence la relation entre partenaires, mentors et jeunes Autochtones. 

Le projet vise deux partenaires privés du secteur sans but lucratif ayant des expertises complémentaires pour réaliser les activités prévues, soit Academos et la Fondation Nouveaux Sentiers. Les chercheurs exploreront auprès de consultants autochtones les éléments cruciaux que les mentors doivent apprendre et faire avant de soutenir des jeunes Autochtones.

Les membres du CReSP qui intègrent l’équipe de recherche dirigent la Chaire Myriagone qui vise à créer des savoirs propres à la mobilisation des connaissances (MdC) en contexte jeunesse, ainsi qu’à développer un dispositif de MdC avec et pour les jeunes et les organisations qui les soutiennent.

Organisme subventionnaire : Programme Partenariat-UdeM : Soutien aux initiatives avec les entreprises privées, Université de Montréal.

Durée : 2020-2021

Co-chercheurs et co-chercheuses : Sarah Fraser, Kate Frohlich, Véronique Dupéré, Nancy Beauregard et Isabelle Archambault (Chaire Myriagone); Éléonore Durocher-Bergeron (Academos); Marie-Claude Cleary (Fondation Nouveaux Sentiers); Jennifer Thompson, Jrène Rahm, Treena Delormier, Alex McComber, Brooke Splicer (Membre de la communauté de Kahnawake).

Axe 2 : Systèmes de soins et de santé publique

Projet-phare : Des interventions multidimensionnelles, coconstruites avec les équipes interprofessionnelles, pour un mieux-être au travail en cancérologie

Description : Les travailleurs en cancérologie offrent des soins qui sont associés à une charge psychologique et émotionnelle importante résultant, entre autres, de la complexité des traitements, du spectre de la mort et du sentiment fréquent d’impuissance. Les travailleurs en cancérologie paient ainsi un lourd tribut en termes de problèmes de santé psychologique liés au travail. Plutôt que d’appliquer une intervention prédéfinie qui leur aurait été imposée, chacune des organisations participantes pourra s’appuyer sur un cadre d’intervention, mettant à contribution les plus récents développements dans le domaine de la résilience, pour construire un continuum d’activités alignées sur leurs besoins et les spécificités de leur contexte.

Ce projet est conduit en partenariat avec les départements de cancérologie de 4 établissements du réseau de la santé et des services sociaux — CISSS Laval, Centre universitaire de santé McGill, CIUSSS du Nord de l'Île-de-Montréal et CIUSSS du Centre-Sud de l'Île-de-Montréal. L’objectif général est de coconstruire, avec les équipes de cancérologie elles-mêmes, des interventions qui doivent contribuer à développer la résilience de ces équipes et réduire le fardeau associé aux problèmes de santé psychologique. 

Au-delà de ces établissements, le projet génèrera un ensemble de ressources (ex. : outils d’analyse des situations de travail, méthode d’opérationnalisation de la démarche de codéveloppement des interventions; outils de communication; outils d’évaluation) qui pourront être adaptées et déployées par d’autres équipes en cancérologie à travers tout le Québec.

Organisme subventionnaire : Fonds de recherche du Québec - Santé.

Durée : 2019-2022

Chercheurs principaux : Carl-Ardy Dubois et Roxane Borgès Da Silva

Co-chercheurs et co-chercheuses: Alain Marchard, Kathleen Bentein, Mélanie Lavoie-Tremblay, Christine Maheu, Sébastien Grenier, Marie-Andrée Fortin, Bernard Lespérance et Sara Soldera.

Axe 3 : Une seule santé du monde

Projet-phare : Réseau de recherche canadien sur la maladie de Lyme

Description : Le Réseau de recherche canadien sur la maladie de Lyme soutient, relie et coordonne les activités de recherche dans le milieu universitaire, la santé publique, le système de soins de santé et l’industrie. Ses activités sont menées en collaboration avec des parties prenantes, telles que les patients, les responsables communautaires et les membres du public, les prestataires de soins de santé, les spécialistes des sciences sociales et les professionnels de la santé publique. Leur objectif est d'améliorer la prévention, le diagnostic et le traitement de la maladie de Lyme au Canada.
Les membres du CReSP qui intègrent ce réseau mènent des travaux qui visent à modéliser et réduire le risque d’infection au Canada en appliquant une approche systémique « Une seule santé » dans le contexte des changements climatiques. L’équipe étudie notamment l’évolution de la distribution spatio-temporelle des populations de tiques vectrices et les déterminants du risque de la maladie chez l'humain sur un ensemble de sites sentinels à travers le Canada, évalue l’adaptation des connaissances, attitudes et comportements de la population canadienne face à ces changements de risque, et développe et teste des interventions innovantes pour la prévention, tel que le traitement des hôtes animaux réservoirs, la mobilisation des communautés, et le développement d’outils numériques.

Organisme subventionnaire : Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC).

Durée : 2019-2024

Chercheurs et chercheuses du CReSP : Cécile Aenishaenslin, Patrick Leighton, Nicholas Ogden, Lucie Richard et Kate Zinszer.

Pour en apprendre sur le Réseau de recherche canadien sur la maladie de Lyme et son équipe de recherche 

 

Projet-phare : L’évaluation et le renforcement des réseaux alimentaires alternatifs pour la prévention du diabète de type 2 et de l’hypertension

Description : L'Équateur connaît une transition nutritionnelle et une transition épidémiologique, où les régimes traditionnels sont rapidement supplantés par des régimes modernes pauvres en nutriments et riches en énergie et où les maladies chroniques remplacent les maladies infectieuses comme principales causes de décès avec l’hypertension en deuxième place et le diabète en quatrième. En parallèle, le plaidoyer de la société civile en Équateur pour la durabilité environnementale et l'équité sociale ont conduit à la formation d'au moins 210 réseaux alimentaires alternatifs (RAA) à l'échelle nationale, décrits comme des circuits de marché courts reliant l'agriculture familiale durable aux consommateurs via l'achat direct. Parmi les RAA documentés, les études suggèrent que ces canaux de commercialisation relient au moins 8 820 familles d'agriculteurs dans 17 des 24 provinces de l'Équateur, et chaque année, nous voyons l'émergence de nouvelles formes et un nombre croissant de RAA. 

Ce projet vise à renforcer le potentiel des RAA, qui ne cessent de s'étendre non seulement en Équateur, mais aussi dans le monde entier, en tant que ressource très prometteuse mais largement négligée pour la transformation du système alimentaire dominant vers un système qui aide à lutter contre l'augmentation des taux de diabète et d’hypertension parmi les populations les plus vulnérables, soit les femmes autochtones en milieu rural. 

Le projet s’appuie sur un partenariat de longue date avec des acteurs de la société civile comme la campagne nationale de promotion de l’alimentation locale Que Rico Es, le Collectif national pour l’agroécologie, le Mouvement pour une économie sociale et solidaire, ainsi que des partenaires gouvernementaux en agriculture, patrimoine et santé.

Organisme subventionnaire : Les Instituts de recherche en santé du Canada et le Centre de recherche en développement international dans le cadre de la Global Alliance for Chronic Disease

Durée : 2019-2024

Co-chercheurs et et chercheuses : Malek Batal et Kate Zinszer (CReSP), Myriam Paredes (Facultad Lationamericana de ciencias sociales), Pablo Lopez (Pontificia Universidad Católica del Ecuador), Donald Cole (University of Toronto), Peter Berti (HealthBridge), Stephen Sherwood (Ekorural).