Passer au contenu principal

IIe Congrès scientifique du CReSP

5 octobre 2022 au

Affiche du IIe Congrès scientifique annuel du CReSP

Le IIe Congrès scientifique annuel du Centre de recherche en santé publique (CReSP) se tiendra en présentiel le 5 octobre, à l'École de Santé publique de l'Université de Montréal (campus Parc), et le 6 octobre, à la Faculté de médecine vétérinaire de l'Université de Montréal (campus de Saint-Hyacinthe). Il sera possible d'assister en ligne, mais avec une capacité d'interaction limitée.

Le Congrès s’organisera autour de trois demi-journées, chacune dévouée à une thématique : 

  • Nouvelles approches, technologies et défis en recherche, le matin du 5 octobre (9h-12h). 
  • Services de santé, précarité et santé des travailleurs, l'après-midi du 5 octobre (13h30-16h30). 
  • Regards croisés sur la santé et l'environnement, l'après-midi du 6 octobre (13h-16h). 

Un 5 à 7 à l'ESPUM clôtura la première journée et une visite des lieux précédera les présentations à la Faculté de médecine vétérinaire.

L'inscription est gratuite, mais obligatoire. Nous vous invitons à la faire dès maintenant! Nous aurons le plaisir de vous offrir les repas et nous vous aiderons aussi avec les déplacements entre les deux campus, il ne faut que nous indiquer vos besoins de transport lors de votre inscription.

À propos des thèmes : 

Nouvelles approches, technologies et défis en recherche
Au cours de cette demi-journée, les présentateurs et présentatrices exposeront et échangeront sur les pratiques novatrices permettant de rejoindre et d’entendre les expériences et besoins de populations diversifiées à travers la recherche. Des méthodes telles que le photovoix et l’utilisation de l’art seront mises de l’avant afin de soutenir l’engagement et assurer un transfert des connaissances allant des partenaires aux décideurs publics. 

Services de santé, précarité et santé des travailleurs
L’offre de services, tant communautaires qu’institutionnels, est fortement influencée par le contexte social, politique, culturel et environnemental dans lequel les services sont offerts. Lors de cette demi-journée, les présentateurs et présentatrices aborderont les mécanismes à travers lesquels ces conditions façonnent la nature des services offerts, l’utilisation des services ainsi que l’expérience des travailleurs et travailleuses au sein de ces organisations et institutions.

Regards croisés sur la santé et l'environnement
L’environnement physique et géographique ont d’énormes incidences sur la santé et le mieux-être des populations. Documenter et surveiller l’environnement et ses impacts est un défi de taille pour tous les équipes de recherche. Les présentateurs et présentatrices nous exposeront des méthodes variées qui permettent de capter les phénomènes impactant la santé. On pense notamment à l’exposition aux contaminants, les Zoonoses parasitaires, l’exposition aux maladies infectieuses et l’environnement alimentaire.   


Abonnez-vous aux nouvelles du CReSP pour rester à l'affût de toutes les mises à jour de cet événement.

Programme

5 octobre 2022, ESPUM

9 h 00 - Mots d’ouverture, Carl-Ardy Dubois, Doyen de l'École de santé publique de l'Université de Montréal (ESPUM)

9 h 15 - Symposium Nouvelles approches, technologies et défis en recherche :

  • Catherine Dea, Direction régionale de santé publique de Montréal (DRSP)
  • André-Anne Parent, École de travail social de la Faculté des arts et sciences de l'Université de Montréal
  • Geneviève Fortin, candidate au doctorat en santé publique, option santé mondiale, ESPUM
  • Maxim Gaudette, candidat au doctorat en santé publique, candidat au doctorat en santé publique, option promotion de la santé, ESPUM

10 h 45 -  Pause café

11 h 00 - Présentations étudiantes :

  • Marie-Catherine Gagnon-Dufresne, candidate au doctorat en santé publique, option santé mondiale, ESPUM
  • Tara Chanady, stagiaire postdoctorale à l'ESPUM
  • Emmanuelle Gareau, candidate au doctorat en santé publique, option promotion de la santé, ESPUM
  • Modération : Josée Lapalme, stagiaire postdoctorale à la Myriagone Chaire McConnell-Université de Montréal en mobilisation des connaissances jeunesse et à l’École de psychoéducation de l’Université de Montréal.

12 h 00 - Pause midi et présentation des affiches

13 h 30 - Symposium Services de santé, précarité et santé des travailleurs

  • Roxane Borgès Da Silva, chercheuse au CReSP et professeure agrégée à l'ESPUM
  • Saidou Sabi Boun, candidat au doctorat en mondialisation et développement à l’Université d’Ottawa, diplômé de la maîtrise en santé publique à l’ESPUM 
  • Anne-Renée Delli Colli, candidate à la maîtrise en sciences infirmières, Faculté des sciences infirmières de l'Université de Montréal
  • Modération : Lara Gautier, chercheuse au CReSP et professeure adjointe à l'ESPUM

15 h 00 - Pause café

15 h 15 - Présentations étudiantes :

  • Cheick Oumar Tiendrebeogo, candidat au doctorat en santé publique, option santé mondiale, ESPUM
  • Emmanuelle Gareau, candidate au doctorat en santé publique, option promotion de la santé, ESPUM 
  • My An Nguyen, candidate à la maîtrise en bioéthique, ESPUM
  • Marjolaine Verville-Légaré, candidate à la maîtrise en nutrition, Département de nutrition de la Faculté de médecine de l'Université de Montréal
  • Modération : Jolianne Bolduc, candidate au doctorat en santé publique, option analyse des systèmes et politiques de santé, ESPUM

16 h 15 - Mot de clôture de la première journée et remise des prix d'engagement scientifique au CReSP, Mylène Drouin, Directrice régionale de santé publique de Montréal, et Annie-Kim Gilbert, Directrice de l'enseignement universitaire et de la recherche du CIUSSS du Centre-Sud-de-l'Île-de-Montréal

16 h 30 - 5 à 7 du congrès

6 octobre 2022, FMV

11 h 00 - Visite du campus de Saint-Hyacinthe

12 h 00 - Pause midi

13 h 00 - Mots d’ouverture de la deuxième journée, Christine Theoret, Doyenne de la Faculté de médecine vétérinaire de l'Université de Montréal

13 h 15 - Symposium Regards croisés sur la santé et l'environnement

  • Audrey Smargiassi, chercheuse au CReSP et professeure titulaire à l'ESPUM
  • Éric Robitaille, chercheur d’établissement à l'Institut national de santé publique du Québec
  • Sarah Mediouni, candidate au doctorat en sciences vétérinaires, option épidémiologie, Faculté de médecine vétérinaire de l'Université de Montréal
  • Renata Pozelli Sabio, candidate au doctorat en santé publique, option systèmes, organisations et politiques de santé, ESPUM
  • Modération : Hélène Carabin, professeure titulaire à la Faculté de médecine vétérinaire et à l'ESPUM

14 h 45 - Pause café

15 h 00 - Présentations étudiantes : 

  • Fabrice Mobetty, candidat au doctorat en nutrition, Département de nutrition de la Faculté de médecine de l'Université de Montréal
  • Katrina Di Bacco, candidate au doctorat en sciences vétérinaires, option épidémiologie, Faculté de médecine vétérinaire de l'Université de Montréal
  • Laura Lévêque, candidate au doctorat en santé publique, option toxicologie et analyse du risque, ESPUM
  • Kynda Tinawi, candidate au doctorat en santé publique, option toxicologie et analyse du risque, ESPUM
  • Modération : Virginie Hamel, candidate au doctorat en nutrition, Département de nutrition de la Faculté de médecine de l'Université de Montréal

16 h 00 - Fermeture du congrès, membres du comité organisateur

Maîtresses de cérémonie

Jolianne Bolduc 
Candidate au doctorat en santé publique, option analyse des systèmes et politiques de santé, École de santé publique de l’Université de Montréal (ESPUM)

Virginie Hamel

Virginie Hamel 
Candidate au doctorat en nutrition, Département de nutrition de la Faculté de médecine de l'Université de Montréal
Boursière CReSP

Présentations étudiantes - Résumés

Nouvelles approches, technologies et défis en recherche

Symposium

Mobiliser les adolescent·e·s en recherche communautaire pour mieux soutenir la prise de décisions éclairées en santé par les jeunes de Montréal-Nord - Geneviève Fortin

Contexte : Le Projet ECHO est une étude communautaire sur l’hésitation vaccinale des adolescent·e·s et des parents de Montréal-Nord et de Parc-Extension dans le contexte de la pandémie de la COVID-19. À Montréal-Nord, l’équipe Les Ados du Nord est formée par 4 jeunes chercheur·se·s de 14 à 16 ans et est mentorée par une étudiante au doctorat en santé publique. L’équipe s’est mobilisée pour mieux comprendre les expériences vécues des adolescent·e·s de leur communauté pendant la pandémie. Suivant une approche communautaire participative et de conception centrée sur l’humain, les jeunes chercheur·se·s ont développé des outils de collecte de données, mené des entrevues semi-dirigées, analysé les données, identifié une problématique prioritaire et développé une solution créative. Les Ados du Nord ont donc créé une série de courtes vidéos, intitulée « Mon choix pour ma communauté », visant à partager les expériences des adolescent·e·s pendant la pandémie et de soutenir la prise de décisions éclairées en santé.

Objectifs : Dans le cadre de cette communication, les objectifs consistent à : 1) décrire le processus participatif du projet et les défis rencontrés; 2) discuter des façons dont l’inclusion des adolescent·e·s a permis d’identifier une solution créative et spécifique; et 3) présenter les résultats de l'évaluation de la série vidéo chez les adolescent·e·s de Montréal-Nord. Méthodes : Chaque étape du projet a été documentée, et des groupes de discussion formés des jeunes chercheur·se·s seront réalisés (en juin 2022) pour évaluer leur expérience du projet (Obj. 1 et 2). Des sondages seront menés (pendant l’été 2022) auprès des élèves de l’école secondaire Henri-Bourassa à Montréal-Nord avant et après le visionnement de la série vidéo (Obj. 3).

Résultats anticipés : La documentation du projet recueillie jusqu’à maintenant suggère une participation active et engagée des adolescent·e·s, ainsi que quelques défis, notamment la difficulté de conjuguer la charge de travail avec les études, surtout en fin d’année scolaire. Nous anticipons identifier d’autres défis et des bénéfices de leur participation lors des groupes de discussions. Les groupes de discussion permettront aussi d’identifier des aspects de l’inclusion des adolescent·e·s qui ont favorisé le développement d’une solution créative (la série vidéo). Les sondages permettront d’évaluer les résultats de la série vidéo développée par les adolescent·e·s, notamment l’utilité des vidéos, l’appréciation, la compréhension, l’intérêt et l’acquisition de nouvelles connaissances.

Conclusion : La participation des adolescent·e·s à ce projet de recherche communautaire a comporté certains défis et de nombreux bénéfices. Des leçons ont été tirées et ont permis de formuler des recommandations pour de futurs projets de recherche communautaire mobilisant des jeunes chercheur·se·s.

Les effets des applications de rencontres gaies (ARG) sur la santé et le bien-être des jeunes hommes gais, bisexuels, trans et queer (JHGBTQ)- Maxim Gaudette 

Contexte : Notre monde en transformation est entre autres caractérisé par des avancements en technologies de communication qui ont d’importantes implications sur la santé des populations et de santé publique. Par exemple, l’arrivée des applications de rencontre gaies (ARG) a fortement influencé la façon dont les hommes gais, bisexuels, trans et queer se rencontrent, interagissent et reçoivent de l’information. Aujourd’hui les ARG (Grindr, Scruf, Hornet, etc.) représentent des technologies interactives utilisées par la majorité de ces hommes et qui ont des impacts sur leur santé.

Objectifs / Méthode: Cependant, moins bien documentés dans la littérature sont les effets de ces applications pour la santé et le bien-être des jeunes (moins de 30 ans) hommes gais, bisexuels, trans et queer (JHGBTQ) qui font face à des enjeux spécifiques. Pour mieux comprendre ces effets, nous avons interviewé 28 professionnels de la santé travaillant auprès de JHGBTQ. Le regard des professionnels de la santé est unique et important en raison de leur expertise respective et des informations privilégiées que les JHGBTQ partagent avec eux dans le cadre de leur travail. Les entretiens ont été analysés selon une approche d’analyse de contenu

Résultats: Notre analyse révèle que les impacts des ARG sont simultanément positifs et négatifs, lesquels nous rassemblons en trois catégories. 1) Les participants ont expliqué que les ARG rendaient les rencontres sexuelles facilement accessibles, ce que certains ont décrit comme rendant la sexualité des JHGBTQ plus transactionnelle, tandis que d'autres, plus épanouissante. 2) Les participants ont indiqué que les ARG créaient un sentiment de communauté pour certains JHGBTQ, tout en exposant d'autres à davantage discrimination et stigmatisation. 3) Selon les participants, les ARG peuvent augmenter les risques liés aux infections transmises sexuellement et à la drogue, mais représentent aussi des opportunités uniques d'éducation, de prévention et d'intervention

Conclusion: Cette étude illustre par ailleurs que le cumul de risques associé aux ARG est plus important pour certains JHGBTQ en situation de vulnérabilité. De reconnaitre ces effets nuancés pourrait aider à limiter les effets négatifs des ARG tout en maximisant leurs avantages. Cette étude contribue donc au premier axe de recherche du CReSP : Environnement, milieux de vie et santé. 

Présentations orales

Complexification de la recherche en santé mondiale dans un contexte de violences, de médias sociaux et de méfiance des communautés: Expérience de l’étude COESA sur la dengue au Brésil - Marie-Catherine Gagnon-Dufresne

Contexte : L’étude COESA est un essai contrôlé randomisé par grappes visant à déterminer si la mobilisation communautaire peut diminuer le risque de dengue chez les enfants au Brésil. L’étude, portée par un partenariat entre des chercheurs canadiens et brésiliens, a débuté en 2019 à Fortaleza, capitale de l’État du Ceará. Fortaleza a été sélectionnée pour sa forte densité populationnelle, son urbanisation rapide et ses conditions sanitaires inadéquates, rendant la population particulièrement à risque de dengue. Fortaleza est également l’une des villes les plus inégalitaires et violentes au pays. Ce contexte sociopolitique difficile, marqué par l’insécurité, a grandement complexifié le déploiement de COESA sur le terrain, forçant son interruption au printemps 2020.

Objectifs : Cette communication présente les défis rencontrés par l’équipe de COESA afin d’en tirer des leçons apprises pour la recherche en santé mondiale. Précisément, la communication vise à : 1) décrire le contexte sociopolitique dans lequel s’est insérée COESA; 2) présenter les défis auxquels l’équipe a été confrontée et les moyens mis en place pour les surmonter; 3) discuter des implications de cette expérience pour la santé mondiale.

Méthodes : Une approche ethnographique a été utilisée par l’équipe de recherche locale pour documenter les défis rencontrés à différentes étapes de la planification et de la mise en œuvre de COESA. Cette communication repose sur des entrevues avec l’équipe locale, des notes de terrain, des transcriptions de messages vocaux partagés sur WhatsApp dans certaines communautés et sur la littérature existante. L’interprétation de ces données a permis de construire un récit d’expérience afin d’offrir une description détaillée des événements et d’engager dans une réflexion critique sur le choix d’interrompre l’étude.

Résultats : Les violences et inégalités croissantes à Fortaleza, le partage de fausses nouvelles concernant COESA sur les médias sociaux et la méfiance des communautés à l’égard de l’étude ont grandement complexifié le processus de recherche. L’équipe de recherche a mis en place plusieurs stratégies pour surmonter ces défis, dont le renforcement des partenariats avec les autorités locales, l’implication d’agents de santé communautaire, ainsi que la dissémination d’informations sur l’étude dans les médias et les groupes communautaires à Fortaleza. Malgré les efforts déployés, le climat d’instabilité grandissante et l’insécurité ressentie par l’équipe locale – exacerbés par la COVID-19 – ont mené à la décision d’interrompre l’étude.

Conclusion : L’expérience de COESA au Brésil offre l’opportunité de se questionner sur les défis de mener une recherche dans un contexte difficile en santé mondiale, notamment en lien avec l’instabilité politique et la montée des médias sociaux. Cette série d’événements démontre l’importance d’entamer une réelle réflexion quant à la faisabilité de la recherche et à la nécessité de l’adapter au contexte. Elle témoigne également du besoin de développer des stratégies de communication, incluant la gestion des médias sociaux, en amont de la recherche et en collaboration avec des acteurs locaux. Ces réflexions seront d’autant plus importantes dans le cadre de futurs projets en santé mondiale, alors que le climat d’incertitude amené par la COVID-19 a amplifié la méfiance des populations à l’égard des gouvernements à l’échelle mondiale.

Repenser les normes de genre et de sexualité : une approche communautaire pour favoriser des ressources inclusives en matière de santé mentale et de consommation de cannabis - Tara Chanady

Contexte : Il est bien connu et documenté que les minorités LGBTQ2S+ souffrent d'un manque de ressources, de stigmas et de microagressions au sein des systèmes de santé. Le langage et les idéologies qui informent les institutions et les politiques de santé sont ancrés dans un contexte social et culturel en constante évolution. Afin de comprendre l'évolution des perspectives et des expériences des personnes LGBTQQ2S+, il est essentiel de travailler avec une approche communautaire ancrée dans les communautés concernées.

Objectifs / Méthode : Dans le cadre de notre projet, nous avons demandé à 46 jeunes LGBTQ2S+ âgés de 15 à 24 ans, consommateurs de cannabis et souffrant d'enjeux de santé mentale d'illustrer et d'exprimer leurs expériences par le biais d'une approche photovoix. Les participants ont été invités à prendre des photos illustrant leur relation à leur identité sexuelle et de genre, à la santé mentale et au cannabis, puis à en discuter lors d'une entrevue avec des pairs chercheurs LGBTQ2S.

Résultats : Les photographies partagées par les participants constituent une source incroyable de réflexion sur les enjeux de santé mentale, de genre, de sexualité et de consommation de substances des personnes LGBTQ2S+, ainsi que sur leurs expériences avec les ressources de santé. Premièrement, de nombreuses photographies présentent la consommation de cannabis comme un outil de réflexion et un mécanisme d'adaptation face à l'incompréhension sociale des identités marginalisées. Deuxièmement, les photographies des participants trans et non binaires reflètent de l'incompréhension et un langage microagressif des professionnels de la santé, ce qui conduit beaucoup d'entre eux à ne pas leur mentionner leur consommation de cannabis pour éviter une stigmatisation supplémentaire. Troisièmement, de nombreux participants décrivent le sentiment d'être accablés par la nécessité d'éduquer les professionnels sur les questions de sexualité et de genre.

Conclusion: Il est essentiel d'encourager les recherches qui valident les connaissances et les expériences des communautés LGBTQ2S+ afin de remédier au manque de connaissances et de sensibilités en matière de santé mentale et de consommation de substances. Comment la recherche et les politiques peuvent-elles rester pertinentes face à l'évolution rapide des besoins des communautés LGBTQ2S+ ? Comment pouvons-nous créer de meilleures passerelles entre les communautés marginalisées et les responsables des politiques de santé ? Par notre recherche, nous visons à développer une connaissance plus profonde et nuancée des identités sexuelles et de genre ainsi que des motivations d'usage de cannabis pour informer des éventuelles interventions et formations de sensibilisation en termes de santé mentale.

La recherche basée sur l’art visuel : avantages, défis et conséquences pour la recherche sur la consommation de substances - Emmanuelle Gareau

Contexte : Alors que la recherche basée sur l'art est un type de méthodologie qualitative usant de divers procédés artistiques visant à explorer, articuler et comprendre la subjectivité des expériences, la recherche basée sur l’art visuel utilise spécifiquement des médiums visuels tels que la photographie, le dessin, la peinture ou le collage dans le devis de recherche (Leavy, 2019; Wang et al., 2017). Depuis une quinzaine d’années, de plus en plus de chercheur.e.s ont recours à la recherche basée sur l’art (Coemans et Hannes, 2017), ayant comme conséquence d’élargir l’éventail des méthodes qualitatives utilisées et acceptées (Greenwood, 2019). Plusieurs équipes de recherche ont notamment recours à des méthodologies basées sur l’art auprès de populations vulnérables (Coemans et Hannes, 2017), par exemple, les populations consommant des substances. Néanmoins, il existe peu de lignes directrices quant à la façon d’employer ce type de méthodologie de recherche, aux potentiels avantages et désavantages y étant liés et aux défis potentiels en émergeant.

Objectif: L’objectif de cette étude est donc de décrire comment les méthodologies de recherches basées sur les arts visuels sont utilisées dans la recherche sur la consommation de substances et d’identifier à la fois les défis et les avantages potentiels d’utiliser ce genre de méthodologie dans la recherche sur la consommation de substances.

Méthode : Un examen de la portée (scoping review) a été réalisé en janvier 2022 à partir de quatre bases de données. Les 48 études qui ont été incluses dans l’échantillon final ont été codées à partir d’une approche inductive de codage in vivo. Les codes ont par la suite été retravaillés et bonifiés par l’ensemble de l’équipe de recherche pour créer des catégories conceptuelles.

Résultats : L’analyse préliminaire révèle les divers enjeux éthiques et méthodologiques liés à l’utilisation de méthodes artistiques visuelles dans le cadre de la recherche sur la consommation de substances, notamment en lien avec la confidentialité, l’anonymat et la sécurité des participant.e.s et de leur entourage. L’absence de standards et de cadre analytiques sur lesquels s’appuyer a aussi émergé comme frein à l’utilisation adéquate et appropriée de méthodologies artistiques visuelles dans le contexte d’études portant sur la consommation de substances. Cependant, ce type de méthodologie s’avère particulièrement intéressante, engageante et empowering pour les populations marginalisées, comme c’est le cas chez les consommateurs et consommatrices de substances.

Conclusion : Cette étude permet d’identifier le potentiel et les possibilités offertes par la recherche basée sur l’art visuel pour faire progresser les connaissances sur la consommation de substances, permettant ainsi de mieux comprendre la réalité des consommateurs et consommatrices. Les lignes directrices proposées dans cette étude quant à l’utilisation de ce type de méthodologie permettent de faciliter l’utilisation des arts visuels en recherche et contribue à établir un certain standard de qualité pour permettre aux chercheur.e.s d’en faire une meilleure utilisation , particulièrement auprès d’une population consommatrice de substances.

Services de santé, précarité et santé des travailleurs

Symposium

Processus décisionnel à l’égard du maintien au travail des préposés aux bénéficiaires face à la crise de la COVID-19 dans les centres d’hébergement de soins de longue durée à Montréal - Saïdou Sabi Boun

Objectif : L’objectif de notre étude est de comprendre les difficultés rencontrées par les PAB au cours de la crise de la COVID-19, et aussi comment ces problèmes ont influé leur maintien au travail dans les CHSLD de Montréal du 23 février au 11 juillet 2020.

Méthode : 11 PAB appartenant à trois (3) catégories ont été sélectionnés selon un échantillonnage en boule de neige. Un guide d’entrevue construit sur le modèle de Tourangeau et al. (2010) et celui de la conciliation emploi-famille-vie personnelle proposée par Duxbury et Higgins (2003) a permis de recueillir des données à l’aide d’entrevues semi-dirigées. Elles ont été réalisées entre octobre et décembre 2021 et une analyse thématique des données selon la méthode proposée par Braun et Clarke (2006) a été réalisée.

Résultats: Les résultats de notre étude montrent que l’intention de quitter l’emploi au cours de la période concernée était influencée par le cercle vicieux du bris de service impliquant une surexploitation des PAB, des pressions physiques et psychologiques, un épuisement au travail, un stress aigu ajouté à des émotions négatives. En plus de cela, les mauvaises conditions de travail, les enjeux éthiques spécifiques à la pandémie de la COVID-19, mais également le manque de reconnaissance et de valorisation du métier de PAB, au moment de l’apogée de la pénurie de la main-d’œuvre et les difficultés de conciliation emploi-famille-vie personnelle ont fortement contribué au retrait du travail de certaines PAB. A contrario, l’intention de rester en emploi était plus influencée par des facteurs individuels tels que le volontarisme, la satisfaction morale et l’attachement affectif au métier et des facteurs contextuels tels que le soutien perçu de l’organisation et/ou du gouvernement du Québec.

Conclusion : Le réseau des CHSLD initialement fragilisés par la pénurie de main-d’œuvre et la précarisation des emplois de PAB a davantage été affaibli par la crise de la COVID-19 qui a accentué la pénurie de main-d’œuvre. L’amélioration des politiques de rétention des PAB passe par une sélection plus rigoureuse en tenant compte des motivations des candidates au métier, une amélioration des conditions de travail et une meilleure valorisation du métier de PAB.      

Une approche de soins équitables : perspectives des infirmières en première ligne travaillant au Nunavik - Anne-Renée Delli Colli

Contexte : En 2020, une enquête nationale menée après des Inuit du Nunavik a révélé qu’environ 80% croyaient que les soins de santé n’étaient pas culturellement adaptés (NRHBSS, 2020). Les infirmières en première ligne sont les piliers du système de soins nordiques. Toutefois, elles font face à plusieurs défis, tels que le manque de formation ainsi que le fait de se retrouver face à de grandes iniquités en santé.

Objectif: Cette présentation vise à présenter les résultats d’une étude permettant de mieux comprendre, selon la perspective des infirmières, l’implication de la pratique infirmière en première ligne auprès des communautés Inuit du Nunavik dans la prestation de soins et services promouvant l’équité.

Méthode : Le cadre théorique mobilisé est celui développé par Browne et al. (2016) s'intitulant Key Dimensions of Equity-Oriented Care. Une perspective critique postcoloniale (Anderson et al., 2009) ainsi qu’un devis descriptif interprétatif (Thorne, 2016) ont permis de répondre aux questions suivantes : quelle est la conception des infirmières de soins promouvant l’équité? Quels sont les défis et stratégies des infirmières dans la prestation de soins promouvant l’équité?

Résultats: Au total, 10 infirmières et infirmiers ont participé à des entrevues individuelles semi-structurées. Une analyse thématique (Paillé et Mucchieilli, 2021) a été effectuée auprès des données récoltées. Celle-ci a soulevé des tensions existantes entre la conception des principes d’égalité et d’équité dans la prestation des soins de même qu’entre la qualité des soins et l’équité. Des iniquités structurelles représentaient plusieurs défis pour les infirmières, ainsi qu’un contexte social colonial et un modèle de pratique de première ligne ayant une approche biomédicale des soins. Les savoirs développés permettront de proposer des pistes d’actions et d'améliorations pour favoriser des soins équitables en contexte autochtone.      

Présentations orales

Crises sécuritaires et politique de santé : une analyse intersectionnelle des besoins non satisfaits de planification familiale au Burkina Faso - Cheick Oumar Tiendrebeogo

Contexte : Dans le monde, les besoins non satisfaits de planification familiale (BNS de PF) constituent une préoccupation majeure au sein de plusieurs couples. Dans les pays pauvres en 2017 ces BNS de PF touchaient environ six femmes sur dix (6/10). Estimés à près de 27% en 2017, ces BNS de PF semblent être influencés par l’insécurité de plus en plus grandissante dans certaines régions du Burkina Faso. En effet cette insécurité marquée par les attaques terroristes entraine une défaillance du système sanitaire et augmente les inégalités sociales au sein des populations. Ces inégalités ont longtemps été étudiées sous forme de catégories sociales isolées sans présager des possibles intersections entre elles. La littérature sur l’intersectionnalité offre une opportunité unique de considérer l’ensemble de ces inégalités dans la mesure où celle-ci souligne la nécessité d’envisager une analyse à plusieurs niveaux allant du niveau individuel au niveau populationnel. Répondre aux BNS de PF sous le prisme de l’intersectionnalité pourrait ainsi contribuer à améliorer l’équité et la justice sociale dans la recherche et les interventions de santé mondiale.

Hypothèse de recherche : Nous supposons que les BNS de PF seront plus criants chez les femmes ayant une triple identité : celles qui sont à la fois pauvres, moins éduquées et vivant en zone insécure.

Objectifs De manière générale, nous voulons comprendre comment les BNS de PF sont-ils modifiés par la crise sécuritaire liée aux attaques terroristes au Burkina Faso. Plus spécifiquement : 1) Mesurer les effets isolés des attaques terroristes sur l’utilisation des méthodes de planification familiale (PF) au Burkina Faso, 2) Mesurer les effets conjoints des attaques terroristes à l’intersection d’autres barrières telles que la pauvreté, le niveau d’éducation et la zone de résidence, sur les BNS de PF au Burkina Faso, 3) Comprendre comment les attaques terroristes interagissent avec les autres barrières précédemment mentionnées, pour influencer les BNS de PF au Burkina Faso.

Méthode : Il s’agit d’une méthode mixte à devis séquentiel explicatif. Les résultats de la phase quantitative (objectif 1 et 2) seront expliqués par la phase qualitative (objectif 3). Les données d’enquêtes démographiques et santé (EDS), du système national d’informations sanitaires (SNIS) et du projet armed conflict and location event data (ACLED) seront utilisées. Les analyses quantitatives consisteront en des régressions logistiques et l’analyse des séries chronologiques interrompues avec le logiciel R. Une série d’entrevues (n=25) et deux focus group (n=16) concerneront le volet qualitatif avec le logiciel QDA Miner.

Contributions: Cette recherche constitue une base de plaidoyer pour une prise en compte des vulnérabilités intersectionnelles dans l’élaboration des programmes et projets de santé afin de promouvoir l’équité et la justice sociale à travers la réduction des inégalités sociales de santé. Finalement, ce projet s’arrime bien avec le deuxième objectif stratégique du CreSP qui soutient une compréhension holistique et une action sur l’ensemble des risques, vulnérabilités et résiliences, tout le long de la vie.

Les barrières d’accès aux services en santé sexuelle des femmes vivant avec une mutilation génitale au Québec : une étude qualitative exploratoire - Emmanuelle Gareau

Contexte : Les mutilations génitales (female genital cutting, circumcision or mutilation; FGC/M) sont habituellement définies comme une altération des organes génitaux externes féminins pour des raisons non médicales. Considérant les mouvements migratoires croissants vers les pays occidentaux, les FGC/M sont maintenant considérées comme un enjeu de santé publique en occident, notamment au Canada. Néanmoins, à l’heure actuelle, il existe encore très peu de connaissances sur l'impact des FGC/M sur la santé sexuelle des femmes et leur expérience des services en santé sexuelle.

Objectif: Une étude exploratoire qualitative est donc en cours et a pour objectif de documenter les expériences des femmes vivant avec une FGC/M au Québec quant à leur utilisation des services et interventions en santé sexuelle.

Méthode: Neuf entrevues semi-structurées réalisées auprès de femmes vivant avec une FGC/M au Québec ont été complétées et analysées thématiquement. Les codes issus d’une approche inductive de codage in vivo ont été retravaillés et bonifiés pour créer des catégories conceptuelles.

Résultats / Discussion : Alors que la pluralité des expériences caractérise les résultats de cette étude, trois thèmes ont été identifiés, représentant chacun une forme de barrière d’accessibilité à l’utilisation des services en santé sexuelle. D’abord, les participantes ont évoqué leur réticence et leur appréhension à recourir aux services en santé sexuelle parce qu’elles ont l’impression que les professionnel.le.s de la santé manquent de connaissances, de formation et de sensibilité face aux enjeux liés aux FGC/M. Ensuite, l’hégémonie du tabou entourant la sexualité, et spécifiquement la sexualité des femmes ayant eu une FGC/M, rend le fait de discuter d’enjeux intimes ardu pour les femmes, particulièrement lorsqu’il s’agit de le faire avec des personnes non familières avec les FGC/M. Enfin, les femmes ont l'impression qu'il n'existe pas de ressources de santé sexuelle adaptées à leur réalité et que les services disponibles sont inutiles pour elles parce qu'ils ne tiennent pas compte de leur expérience en tant que femmes ayant subi une FGC/M.

Conclusion : Compte tenu de la quasi-absence de ressources spécifiquement disponibles pour les femmes ayant eu une FGC/M et considérant que l’accès à des soins de santé adaptés fait partie des déterminants de la santé, des recherches supplémentaires sont nécessaires pour concevoir, évaluer et mettre en œuvre des interventions de promotion de la santé sexuelle adaptées à leurs besoins.

Facteurs culturels ayant influencé la réponse pandémique : Une analyse comparative des protocoles de triage aux soins intensifs pour la COVID-19 du Québec et d’Israël - My An Nguyen

Contexte : Le manque de ressources pour traiter le nombre élevé de patients atteints de COVID-19 ont motivé, dans plusieurs pays, l’élaboration de protocoles de triage pour l'attribution de lits et de ventilateurs aux soins intensifs. Ces protocoles cherchent à minimiser la mortalité pour l’ensemble de la population en maximisant le nombre de vies pouvant être sauvées par souci d’efficience tout en préservant une équité d’accès aux soins. Les recommandations internationales divergent toutefois sur certains aspects éthiquement controversés.

Objectif : L'objectif ici est donc d'explorer comment les différences et contextes culturels auraient pu conduire à ces divergences. Les protocoles de triage du Québec et d’Israël sont comparés en regard de leurs positions sur les critères (dé-)priorisant les personnes âgées, des personnes en situation de handicap et les travailleurs de la santé, puis sur le retrait (réallocation) du ventilateur.

Résultats: L’analyse culturelle met en lumière les valeurs, tensions et tendances sociétales dont l’équité, la performance, l’âgisme, le capacitisme, la technocratie, la transparence ainsi que le risque d’exacerbation des iniquités sociales pour certains groupes vulnérables ou vulnérabilisés.

Conclusion: Examiner le rôle de l'identité culturelle dans l’acceptabilité sociale des protocoles de triage permet d’élucider la manière dont des facteurs culturels peuvent influencer le débat public et les politiques publiques. 

Pandémie et accès aux organismes communautaires œuvrant en alimentation à Montréal: Quels impacts sur les populations vulnérables en insécurité alimentaire ? - Marjolaine Verville-Légaré

Contexte : Problématique de santé publique, l’insécurité alimentaire (IA) résulte d’une situation économique ne permettant pas aux individus d’avoir un revenu adéquat pour s’alimenter suffisamment. Au début de la crise sanitaire liée à la COVID-19 au printemps 2020, on estime qu’un ménage sur quatre vivait une situation d’IA au Québec. La crise a aussi entrainé des conséquences importantes sur les pratiques alimentaires, sur l’environnement alimentaire local et sur les services des organismes communautaires en alimentation, alors que le recours à ceux-ci fait partie des stratégies pouvant être utilisées en situation d’IA.

Objectif : Comprendre comment l’accessibilité aux organismes communautaires en alimentation dans l’environnement local influence la capacité des ménages à faible revenu (MFR) à se nourrir avant et depuis l’application des mesures sanitaires liée à la COVID-19.

Méthode : L’étude suit un devis de recherche qualitatif dans une perspective ethnosociologique basée sur les récits de vie. Les données ont été récoltées par l’entremise d’entrevues semi-dirigées auprès de MFR (n=12) provenant de 2 quartiers montréalais contrastés en termes d’accès aux organismes communautaires en alimentation. Une analyse inductive des thématiques a été effectuée.

Résultats: L’analyse fait ressortir 3 profils de participants présentant des parcours et une expérience de l’IA différents. 1.Les hommes vulnérables (n=3), ayant vécu des périodes de vie difficiles (toxicomanie, institutionnalisation ou itinérance) avec des situations d’IA grave et une utilisation chronique des services d’aide alimentaire d’urgence. 2.Les personnes âgées (n=3), aux prises avec des problèmes de santé et des difficultés d’accès physique aux aliments. Ils ont été affectés par les mesures de distanciations physiques et utilisent davantage les services de livraison. 3. Les parents de famille (n=6), majoritairement immigrants, ils priorisent l’alimentation de leurs enfants. Leur situation d’immigration au Canada et l'instabilité économique engendrée par la pandémie les ont menés à utiliser les services des banques alimentaires.

Discussion / Conclusion : Les résultats indiquent que les difficultés vécues liées aux mesures sanitaires, l’expérience de l’IA et l’utilisation des services des organismes communautaires varient en fonction des profils des participants. Ainsi, pour comprendre l’influence de l’accessibilité aux organismes communautaires en alimentation sur la sécurité alimentaire des MFR avant et depuis la crise sanitaire, il faut prendre en compte les profils des participants résidant dans les communautés. Une attention plus grande devrait être portée aux profils et aux parcours de vie des individus dans l’implantation d’interventions en santé publique visant à favoriser la sécurité alimentaire. 

Regards croisés sur la santé et l'environnement

Symposium

L’innovation responsable dans le système alimentaire : Une analyse des organisations et pratiques émergentes dans la province du Québec et dans l’état de São Paulo - Renata Pozelli Sabio

Contexte : Le système alimentaire est actuellement le principal levier pour améliorer la santé humaine et la durabilité environnementale, deux éléments primordiaux pour faire face aux défis sociétaux d’un monde en transformation (Willet et al., 2019; Khan, 2016). L’engagement pour une transformation du système alimentaire résulte d’un nombre croissant de données probantes qui montrent les impacts sanitaires, sociaux et environnementaux négatifs du système alimentaire dominant (IPES-Food, 2016; Touzard, 2016). Les organisations et pratiques émergentes issues de cette transition intègrent des caractéristiques qui peuvent être à la fois entièrement nouvelles (par exemple, les fermes verticales) ou présenter une continuité avec des aspects du passé mais d’une manière innovante (par exemple, l’agriculture territorialisée ou l’agriculture urbaine). Ces innovations sont appréhendées sous l’angle de la Recherche et de l’Innovation Responsables (Responsible Research and Innovation - RRI), car elles visent à être plus responsables vis-à-vis leurs contextes sociaux et environnementaux ainsi qu’à promouvoir des changements systémiques dans les modèles de production et de consommation des aliments. Le RRI invite les acteurs impliqués à prendre en compte les aspects éthiques et sociaux de l’innovation avec l’idée que, en faisant cela, elle ne visera pas seulement à être économiquement rentable, mais aussi plus durable, socialement désirable et éthiquement acceptable (von Schomberg, 2013).

Objectif / Méthode : L’objectif de cette étude est de répondre aux questions suivantes : 1) Quelles sont les organisations et les pratiques émergentes des systèmes alimentaires qui intègrent des caractéristiques de responsabilité dans la province du Québec (Canada) et dans l’état de São Paulo (Brésil)? 2) Quelles caractéristiques de l’innovation responsable peuvent être identifiées dans ces organisations et pratiques? Nous avons conduit une étude de cas multiple dans ces deux régions. Au total, 34 entretiens semi-structurés ont été menées auprès de 30 organisations (15 au Québec et 15 à São Paulo) et analysés qualitativement.

Résultats : Les résultats montrent que les innovations sont très variées incluant, par exemple, la mise en œuvre de l’agriculture soutenue par la communauté ou le développement de technologies permettant l’application de pratiques agricoles régénératives dans la production à grande échelle. Nous observons que les pratiques innovantes sont alignées avec les Objectifs de Développement Durable (ODDs), ce qui souligne leur potentiel pour promouvoir une transition vers des systèmes alimentaires responsables. Ces innovations jouent différents rôles à l’intérieur du système alimentaire aux niveaux de la production, de la transformation, de la distribution, de l’information, du plaidoyer et de la consommation institutionnelle. Ensuite, en appliquant le cadre de l’Innovation Responsable en Santé (IRS) (Silva et al., 2021), nous identifions plusieurs attributs de l’IRS, notamment l’éco-responsabilité, un modèle d’affaires centré sur les parties prenantes, la réactivité, les aspects éthiques, juridiques et sociaux et l’inclusivité. De plus, des attributs de responsabilité spécifiques aux systèmes alimentaires sont identifiés incluant le bien-être animal, la qualité des aliments, la sécurité alimentaire et la croissance responsable.

Conclusion : Cette étude met en évidence des organisations et des pratiques responsables qui présentent différentes propositions pour les systèmes alimentaires au Québec et à Sao Paulo, mais ont en commun le fait de contribuer à la lutte contre les grands défis sociétaux. En appliquant le concept d’innovation responsable, cette étude contribue à l’avancement de connaissances sur la transition vers des systèmes alimentaires plus favorables à la santé.

Quels outils pour évaluer les systèmes de surveillance intégrée « Une seule santé » pour les maladies infectieuses et l’antibiorésistance ? Une revue systématique - Sarah Mediouni 

Contexte : L’antibiorésistance et les maladies infectieuses constituent des problèmes de santé publique complexes. Dans un effort global de lutte, la surveillance intégrée basée sur l’approche « Une seule santé » a été mise en avant.

Objectif / Méthode:  L'objectif de cette revue est de décrire et analyser l’utilisation des outils et cadres d’évaluation applicables aux systèmes de surveillance intégrée pour démontrer la plus-value de cette approche. Sur la base des directives Preferred Reporting Items for Systematic Reviews and Meta-Analyses, nous avons examiné la littérature revue par des pairs dans quatre bases de données afin d'identifier les articles qui décrivent un outil ou un cadre d'évaluation ou qui présentent les résultats d'une évaluation de système de surveillance intégrée. Sur les 2194 articles identifiés, seuls 81 répondaient aux critères d'éligibilité initiaux et 17 ont été retenus après une évaluation complète.

Résultats: En utilisant une approche inductive, nous avons identifié trois principaux types d'évaluation : les évaluations théoriques, de processus et d'impact. Huit outils et cadres ont été présentés dans les études sélectionnées, dont quatre visaient spécifiquement les aspects opérationnels et organisationnels du programme de surveillance, tandis que deux étaient axés sur l'évaluation des aspects théoriques tels que l’évaluation logique et conceptuelle. Enfin, un seul cadre évaluait les impacts économiques ; et un couvrait à la fois l'évaluation théorique, de processus et d’impact. Malheureusement, les études de cas utilisant ces deux derniers cadres ont révélé que leur application peut être limitée car ils nécessitent beaucoup de données, de temps et d'efforts.

Conclusion : Cette revue a mis en évidence deux lacunes majeures. Premièrement, peu d'outils sont disponibles pour l'évaluation d'impact, en particulier pour un système de surveillance intégrée. Deuxièmement, l’antibiorésistance n’a fait l'objet que d'un seul article. Compte tenu de la menace que pose l’antibiorésistance et la complexité de la surveillance intégrée, cette question devrait être une priorité dans les recherches futures.

Présentations orales

Développement et validation d’un outil de mesure de l’environnement alimentaire de consommation : le FEAT-S - Fabrice Mobetty  

Contexte : Il est de plus en plus évident que l'environnement alimentaire est un déterminant important du comportement alimentaire1. Au Canada, bien que 86,6% des consommateurs canadiens se rendent principalement dans les épiceries pour acheter leurs fruits et légumes2, l’environnement alimentaire n’assure pas l’offre et la promotion des aliments de régimes alimentations sains3. Une évaluation exhaustive de l’environnement alimentaire local est essentielle à une meilleure compréhension du profil sanitaire et nutritionnel des populations, ainsi qu’à leur pratique d’acquisition alimentaire. Bien que le domaine de l’environnement alimentaire soit relativement nouveau, il suscite toutefois beaucoup d’intérêt chez les chercheurs et les décideurs4. Pour caractériser un environnement alimentaire, il faut au préalable le mesurer avec des outils adéquats. À ce jour, il existe peu d’outil valide capable d’évaluer de manière exhaustive l’environnement alimentaire de consommation5,6,7. De plus, plusieurs dimensions de l’environnement alimentaire de consommation telles que la variété, la diversité, la promotion, l’espace de stockage, la taille des magasins, l’heure de service et l’apparence des magasins d’alimentation sont sous - évaluées dans les audits8,9,10. La présente étude s’attaque à ces lacunes significatives de connaissance et de recherche dans la littérature en construisant un instrument de mesure afin d’améliorer la qualité des données et renforcer les connaissances sur les environnements alimentaires.

Objectif : l’étude poursuit deux objectifs : 1) construire un instrument de mesure de l’environnement alimentaire de consommation, et 2) établir les preuves de validité et de fiabilité de l’instrument à travers la collecte des données dans des magasins d’alimentation.

Méthode : Cette étude méthodologique se réalise en deux grandes étapes : 1) construction de l’outil de mesure de l’environnement alimentaire de consommation (le Food Environement Assessment Tool in Store),2) établissement des preuves de validité de l’outil. La démarche de construction d’un instrument de mesure proposée par Laveault et Grégoire 201411 a été utilisée suivant les étapes suivantes : 1) l'utilisation prévue du test (Outil), 2) la définition de ce qu’on souhaite mesurer, 3) la création des items, 4) l’évaluation de la validité et la fiabilité. 

Analyse: Trois indices seront calculés afin de déterminer la validité de contenu : 1) l'indice de validité du contenu pour l'item (IVC-I)12,13, 2) l'indice de validité du contenu pour l'échelle (IVC-E) et 3) le coefficient Kappa qui indique le consensus d'accords inter-évaluateurs supprimant tout accord aléatoire14.La fiabilité inter-évaluateur et test-retest sera établie par le test t pour échantillons appariés15, le coefficient de corrélation de Pearson16, le coefficient de corrélation intra-classe (ICC) pour chaque catégorie de variables17 et le coefficient Kappa pour les variables catégorielles18,19. Les analyses statistiques seront effectuées à l'aide du logiciel SPSS.

Résultats / Discussion :La présente étude attend les résultats suivants : 1) instrument de mesure de l’environnement alimentaire de consommation est élaboré, 2) des preuves de validité, de fiabilité et d’applicabilité de l’outil de mesure sont apportées, 3) l’environnement alimentaire de consommation de la zone d’étude est caractérisé. Les discussions porteront sur les principaux résultats attendus de l’étude : au niveau de la conceptualisation et des preuves de validité.

Conclusion : L’élaboration de cet instrument de mesure de l’environnement alimentaire de consommation constitue une contribution énorme à la recherche et aux interventions dans le domaine des environnements alimentaires au Canada.

Estimation de la fréquence des zoonoses parasitaires négligés au Canada - Katrina Di Bacco 

Contexte: Les zoonoses parasitaires sont responsables d'un nombre important de maladies et d'années de vie ajustées en fonction de l'incapacité (AVCI) à l'échelle mondiale et au Canada. Ces parasites peuvent être transmis entre les animaux et humains, ce qui représente un défi pour le contrôle, car les conditions environnementales changeantes et les animaux de réservoirs peuvent influer sur la fréquence de transmission.

Objectif / Méthode: Les zoonoses parasitaires étudiées dans ce projet, Taenia solium, Toxocara sp., Toxoplasma gondii, Echinococcus sp., Baylisascaris sp. ont été sélectionnés pour leur fardeau de maladie, y compris les difficultés neurologiques et de santé mentale potentiels et, à l'exception de T.solium, leur abondance relativement élevée au nord du Canada. Ces infections font rarement tester dans la population générale du Canada et la fréquence des tests chez les animaux varient grandement selon la région et l'expertise des cliniciens, ce qui fait que la fréquence de ces infections parasitaires zoonotiques ne sont pas connus. Ces zoonoses parasitaires passent au moins une étape de leur cycle de vie dans l'environnement, donc ils sont susceptibles d'être influencés par les changements environnementaux. Cependant, nous n’en savons pas encore suffisamment leur épidémiologie pour pouvoir comprendre comment ces changements auront un impact sur la transmission. Nous inclurons également l'état actuel de deux zoonoses parasitaires à transmission vectorielle (Leishmania sp. et Trypanosoma cruzi) qui peut agir comme infections émergentes à l'avenir.

Il existe actuellement une lacune dans la littérature où il n'y a pas d'article de synthèse regroupant toute l'information sur les estimations de la prévalence des zoonoses parasitaires au Canada tant chez les humains que les animaux.

Résultats : Nous présenterons les résultats préliminaires d’une revue systématique qui consolide la recherche sur ces zoonoses parasitaires sélectionnées chez tous les hôtes au Canada. Plus précisément, nous soulignerons le nombre d’études réalisées de chaque parasite pour chaque hôte et la province dans laquelle ces études ont été réalisées. Le but de cette affiche est de mettre en évidence les lacunes dans la littérature qui éclaireront nos futures orientations de recherche.

Changements longitudinaux des concentrations sériques maternelles de substances per- et polyfluoroalkyliques (PFAS) pendant l’allaitement  - Laura Lévêque

Contexte : Les PFAS sont des contaminants toxiques et persistants fréquemment retrouvés dans le sérum et le lait maternels, indiquant une exposition chez l’enfant pendant l’allaitement. À ce jour, les changements des concentrations de PFAS au cours de l'allaitement n'ont pas été pleinement caractérisés.

Objectif : Évaluer les changements longitudinaux des concentrations sériques maternelles de PFAS pendant l’allaitement.

Méthodes : Des échantillons de sérum répétés ont été prélevés chez 30 femmes allaitantes de la Caroline du Nord à 2-7 semaines et 3-4 mois post-partum dans le cadre de l'étude Methods Advancement for Milk Analysis (MAMA). Nous avons mesuré 77 PFAS dans ces échantillons. Nous avons calculé les changements moyens en pourcentage des concentrations de PFAS et les coefficients de corrélation de rang de Spearman pour les concentrations sériques répétées de PFAS.

Résultats : Les concentrations de 60 des 77 PFAS étaient inférieures à la limite de quantification lors de la première et/ou de la seconde visite. L'acide perfluorooctanoïque (PFOA), l'acide perfluorononanoïque (PFNA), l'acide perfluorodécanoïque (PFDA), l'acide perfluorohexanesulfonique (PFHxS), l'acide perfluoroheptanesulfonique (PFHpS), l'acide perfluorooctanesulfonique (PFOS) et le sulfonate de perfluoroéthylcyclohexane (PFECHS) ont été retrouvés dans près de 100 % des échantillons de sérum. Les concentrations sériques lors de la seconde visite étaient en moyenne de 10 % à 20 % inférieures pour 4 PFAS, et de 1 % à 51 % supérieures pour 12 PFAS, mais les changements variaient considérablement en termes de direction et d'ampleur d'un individu à l'autre. Les concentrations sériques de PFAS étaient corrélées entre les visites 1 et 2, avec des coefficients allant de 0,36 à 0,91.

Conclusion : Ces résultats démontrent que les concentrations sériques maternelles de PFAS sont bien corrélées au cours des premiers mois de l’allaitement, mais que la direction et l'ampleur des changements de concentrations varient d'un PFAS à l'autre et d'un participant à l'autre.

Évaluation de l'inflammation pulmonaire associée à l’exposition quotidienne aux particules fines et ultrafines dans les écoles de métiers - Kynda Tinawi

Contexte - L'exposition quotidienne aux particules fines ambiantes (PM2.5 ; < 2,5 μm) dans l'environnement a été associée à des effets respiratoires aigus tels que des symptômes respiratoires et de l’inflammation, des visites aux urgences pour problèmes respiratoires ainsi qu’à la mortalité. Bien que l'exposition soit plus élevée dans les milieux professionnels, les effets respiratoires aigus des expositions quotidiennes restent inexplorés.

Objectif - Évaluer l'association entre les expositions quotidiennes aux particules fines (PM2.5) et aux particules ultrafines (UFP ; < 0,1 μm) avec la fraction d'oxyde nitrique expiré (FeNO), un indicateur pertinent de l'inflammation pulmonaire, dans deux milieux d'une école de construction.

Méthode - Une étude avec mesures répétées a été menée auprès d'étudiants réalisant des activités de soudure et de maçonnerie (n = 30). Les concentrations de PM2.5 et d'UFP ont été mesurées quotidiennement (mesures en site fixe à l’aide d’instruments à lecture directe) et la FeNO a été mesurée deux fois par jour, avant et après le travail, durant 5 jours consécutifs. Des modèles GLM mixtes ont été utilisés afin d’évaluer les associations.

Résultats – La moyenne géométrique d’exposition quotidienne aux PM2.5 provenant des activités de soudage et de maçonnerie correspondait respectivement à 183 μg/m3 (σg=3.5) et 90.8 μg/m3 (σg=1.6).  Les moyennes géométriques quotidiennes des concentrations de UFP pour ces activités étaient de 106.000 (σg=1.6) particules/cm3 et de 4.400 (σg=1.7) particules/cm3. En combinant les activités de maçonnerie et de soudage, pour une augmentation de 10 000 particules UFP /cm3, une augmentation de 0.2 ppb (IC à 95 % : 0,05-0,3) de FeNO inter-jour a été notée. Une augmentation de FeNO (0,2 ppb ; IC à 95 % : -0,06 - 0,5) par 100 µg/m3 de PM2.5 a également été relevée. D'autres analyses seront effectuées avec des participants supplémentaires, en stratifiant aussi par métier.

Conclusion - Les activités de maçonnerie et de soudage exposent quotidiennement les travailleurs aux PM2.5 et aux UFP, qui peuvent contribuer à des inflammations pulmonaires récurrentes et nuire à leur santé respiratoire.

Biographies des intervenant-es

Étudiants et étudiantes

Anne-Renée Delli-Colli

Anne-Renée Delli Colli 

Anne-Renée Delli Colli, (elle/elle), Inf, MSc (c) en sciences infirmières UdeM, auxiliaire de recherche à la CRASIQ. Ayant travaillé plusieurs années au Nunavik, son projet vise à mettre en lumière la perspective et l’implication des infirmières de première ligne, dans leur prestation de soins promouvant l’équité pour les communautés Inuit. 


Cheick Oumar Tiendrebéogo

Cheick Oumar Tiendrebeogo

Cheick Oumar Tiendrebeogo est un médecin de formation. Il est titulaire d’une maitrise en Santé publique et actuellement doctorant en Santé mondiale. Ses intérêts de recherche s’alignent sur la santé sexuelle et reproductive. Il s’intéresse particulièrement à l’accès et à l’utilisation des méthodes contraceptives dans les pays à ressources limitées.


Emmanuelle Gareau

Emmanuelle Gareau

Candidate au doctorat en santé publique sous l’option promotion de la santé, Emmanuelle Gareau s'intéresse particulièrement aux aspects biologiques, sociaux, culturels, historiques et politiques de la santé sexuelle et reproductive. Depuis de nombreuses années, elle conjugue son parcours académique à son implication militante dans le milieu communautaire. 


Fabrice Mobetty

Fabrice Mobetty

Fabrice Mobetty, doctorant en nutrition à la Faculté de médecine de l’Université de Montréal. Nutritionniste de formation avec une expertise en nutrition communautaire et en santé des populations. Ses travaux de recherche dans le cadre du projet Food, Environment, Health and Nutrition of First Nations Children and Youth (FEHNCY) portent sur la souveraineté alimentaire autochtone et les environnements alimentaires.


Geneviève Fortin

Geneviève Fortin

Geneviève est candidate au doctorat en santé publique, option santé mondiale. Elle s’intéresse aux déterminants structurels de la santé et des droits sexuels et reproductifs des adolescent·e·s. Passionnée par la justice sociale et la solidarité, elle a à cœur la participation des populations en recherche, particulièrement celle des adolescent·e·s.


Katrina Di Bacco

Katrina Di Bacco

Katrina Di Bacco a obtenu son baccalauréat en biologie de la faune et sa maîtrise en parasitologie à l’Université McGill. Katrina est maintenant étudiante au doctorat en Sciences vétérinaires (Épidémiologie) à Université de Montréal sous supervision de prof. Hélène Carabin et Dr. Cédric Yansouni. La recherche doctorale de Katrina permettra d’estimer la prévalence de 4 parasites zoonotiques chez les humains au Canada. Ce qui fascine Katrina par les parasites, c’est qu’ils ont souvent un cycle de vie complexe, qui nécessite un environnement parfait, et tous les hôtes animaux et humains à interagir d’une manière ou d’une autre. 


Kynda Tinawi 

Kynda est candidate au doctorat en santé publique, option toxicologie et analyse du risque, à l'École de santé publique de l'Université de Montréal.


Laure Lévêque

Laura Lévêque

Laura Lévêque est étudiante au doctorat en Santé publique, option toxicologie et analyse du risque. Possédant une formation en biochimie, génie biomédical et santé environnementale et au travail, elle s’intéresse à l’exposition du foetus et des enfants en bas âge aux contaminants de l’environnement. Son projet doctoral porte plus spécifiquement sur l’exposition des enfants aux composés per- et polyfluoroalkyles (PFAS) à travers l'allaitement.


Marie-Catherine Gagnon-Dufresne

Marie-Catherine Gagnon-Dufresne

Marie-Catherine est candidate au doctorat en santé publique, option santé mondiale. Son projet doctoral s’intéresse aux facteurs influençant la participation communautaire en recherche. Elle se passionne particulièrement des approches critiques, décoloniales et participatives en santé mondiale, qu’elle perçoit comme des leviers pour favoriser l’équité en santé et l’empowerment des communautés.


Marjolaine Verville

Marjolaine Verville-Légaré

Nutritionniste, je suis étudiante à la maîtrise en nutrition à l’Université de Montréal. Je m’intéresse aux enjeux reliés à l’insécurité alimentaire et aux environnements alimentaires. Mon mémoire, supervisé par Geneviève Mercille, s’insérera dans l’étude Manger avec un budget serré. J’ai été impliquée sur plusieurs projets de recherche tels que Bien manger dans mon quartier et Parcours


Maxim Gaudette

Maxim Gaudette (il) est doctorant en santé publique (option : promotion de la santé). Inspiré par le militantisme et les approches critiques, Maxim se spécialise sur les pratiques sexuelles marginalisées et stigmatisées au sein même des communautés 2S/LGBTQI+. Sa recherche doctorale porte sur la consommation sexualisée auprès d’hommes gais, bisexuels ou queer (chemsex).


My An Nguyen

My An Nguyen

My An Nguyen est étudiante à la maîtrise en bioéthique. Son mémoire porte sur les protocoles de triage pour l’accès aux soins intensifs en contexte de COVID-19. Ses intérêts de recherche incluent l’allocation des ressources et les politiques de santé. Elle était stagiaire en éthique au CISSS de la Montérégie-Est.


Renata Pozelli Sabio

Renata Pozelli Sabio

Renata Pozelli Sabio est titulaire d'un baccalauréat en sciences des aliments (Université de São Paulo) et d'une maîtrise en administration (École supérieure de publicité et de marketing). Elle est doctorante au sein du programme de recherche In Fieri sur l'innovation responsable en santé (RIH) au Centre de recherche en santé publique de l'Université de Montréal (CReSP). Sa thèse, axée sur la transition des systèmes alimentaires, analyse l'émergence d'organisations et de pratiques responsables dans les systèmes alimentaires de la province du Québec et de l’état de São Paulo.


Saidou Sabi Boun

Saïdou Sabi Boun

Pharmacien en officine depuis 2012, j’ai été chargé de projet à l’agence française d’expertise internationale (Expertise France), avant d’obtenir entre 2015 et 2018 des certificats en Statistiques de la santé, en épidémiologie, et un master 1 en santé publique à l’université de Bordeaux. Candidat au Ph. D. en mondialisation et développement à l’Université d’Ottawa, j’ai également une maîtrise en Santé publique à l’ESPUM et d’une Maîtrise en Gestion du développement international et de l’action humanitaire (FSA/Ulaval).


Sarah Mediouni

Sarah Mediouni

Sarah Mediouni est candidate au doctorat en épidémiologie à l’université de Montréal. Vétérinaire de formation et diplômée de l’école de santé publique, elle s'intéresse à l’application des approches intégrées de type « Une seule santé » pour faire face aux problématiques de santé à l'interface humain-animal-environnement.


Tara Chanady

Tara Chanady

Tara Chanady est chercheure postdoctorale à l'ESPUM sous la supervision d'Olivier Ferlatte. Elle est titulaire d'un doctorat en communication de l'Université de Montréal. Ses travaux portent les enjeux LGBTQ+ en lien avec la santé mentale et le cannabis, sur la représentation médiatique LGBTQ+ et sur les espaces urbains lesbiens, bisexuels et queer.